Fermiers d'à côté ouvre Top-Agro France

25/05/2010
C'est au cours de la conférence Le Web (version 08 puis version 09), que j'ai rencontré Xavier Bertschy un entrepreneur suisse francophone. En 2008, je l'avais rencontré pour son premier site CityOnline.net un guide citadin géolocalisé à la Nomao ou Dismoioù. En décembre dernier, Xavier m'a proposé de monter la version française du site de petites annonces top-agro.ch. La synergie étant assez évidente avec Fermiers d'à côté, la version française ouvre en ces beaux jours de mai.



En ce mardi 25 mai, l'équipe de Fermiers d'à côté vous annonce l'ouverture de la version française du site de petites annonces agricoles : Top-agro.fr.

Top Agro est un site de petites annonces pour les agriculteurs et vient compléter l'offre proposée par Fermiers d'à coté. L'interface est sans fioriture et vous permet d'ajouter et de rechercher des annonces très rapidement.

Pour son ouverture, pour chaque nouvel inscrit a droit à une annonce gratuite (c'est normalement à partir de 9 € par annonce).

Top Agro.fr est la version française officielle du site suisse d'annonces agricoles Top-Agro.ch créé et géré par la société XB83Studio.
Pas de commentaires

Club Business 76

11/05/2010
normandie rencontre rouen
C'est dans un twit' que j'ai découvert ce club informel sur Rouen. Moins geek que le Normandy Jug moins web que les Rencontres Informels des Ecommercants Normands, c'est une population plus "classique" d'indépendants, de consultants et de cadres qui composait cette soirée.

Ces soirées ont lieu les premiers jeudi de chaque mois au Pub Underground (donc la prochaine c'est le 4 juin). Des repas vont même être organisés, le premier est le vendredi 25 si je ne me trompe pas.

Elles permettent de rencontrer des professionnels et entrepreneurs de la région pour étendre son réseau. On y en revient avec un petit lot de carte de visite cela peut toujours servir, sachant que cela va du consultant, à au photographe en passant par une agence web ou un vidéaste freelance.

Vous pouvez rejoindre ce groupe sur le hub Viadeo du Club Business 76. Le compte rendu de la session d'avril est disponible sur ce lien.
Pas de commentaires

Renforcement de l'équipe de Driveo

13/04/2010
equipe commerce driveo
Comme annoncé lors de mon interview par Ludovic Passamonti, l'équipe de Driveo s'est agrandie avec un responsable commercial.

Et c'est un breton, Benoît Morin, l'ancien gérant de Dom Services Concept (une société de service à la personne basé sur des processus développement durable) qui nous rejoint.

Il est chargé du développement commercial de Driveo et s'est déjà chargé entre autre de refaire les mailings (texte, processus de relance, etc...). On a même eu le temps d'avoir des débats avec des points de vues très orienté commercial versus développeur.

L'agrandissement de l'équipe, va me permettre de me concentrer sur le développement de davantage de fonctionnalités et sur la qualité du logiciel de gestion d'auto-école en ligne qu'est Driveo. Sauf que ... avec la multiplication des contacts clients, la roadmap a été bousculée et j'ai deux fois plus de fonctionnalités à développer.

Dans tous les cas, c'est une année importante pour le développement de la société. Avec les contributions de Benoît, Driveo approche de la phase de maturité en s'améliorant de semaine en semaine.

Sur ce, bienvenue à Benoît, le nouveau responsable commercial de Driveo!
Pas de commentaires

Interview par Ludovic Passamonti

30/03/2010
entreprendre fermiers d'à coté driveo interview
Il y a 2 semaines, je me suis fait interviewé par Ludovic Passamonti, un consultant web basé sur la région Rouennaise. Je reviens sur mon expérience avec Fermiers d'à côté, sur l'avancement de Driveo et quelques conseils aux entrepreneurs de mon cru.

Le lien vers l'interview.

Le verbatim de l'interview :


banner.jpg

Youen Chéné (prononcez Youn) est un entrepreneur du web, qui n’en est pas à son premier coup d’essai. Après avoir lancé Fermiersdacote.fr qui peine à s’imposer dans un marché très difficile, il s’est lancé dans une nouvelle aventure avec Driveo.fr, un logiciel de gestion en SaaS (service as a software) pour auto-écoles, qui dépoussière ce qui se faisait jusqu’à maintenant.

Dans cette interview, Youen fait le point sur ses 2 projets, partage avec nous son parcours, ses erreurs, et surtout les enseignements qu’il en a tiré pour rebondir, histoire que les futurs entrepreneurs du web en profitent aussi.



Bonjour Youen ! Présente nous rapidement ton parcours.

n624033371_7274.jpgJ’ai 30 ans et j’habite à Rouen. J’ai 7 ans d’expérience en tant qu'ingénieur puis consultant SOA pour des sociétés de services et de conseils. Je travaille en 3/5 depuis quelques années, ce qui me permet d’avoir du temps pour me consacrer à mes projets parallèles que sont Fermiersdacote.fr et depuis quelques mois Driveo.fr.

J’ai aussi un blog Youenchene.fr qui parle d’entreprenariat.

Justement, pourquoi et comment t’es tu lancé dans l’entreprenariat web ?

J’ai toujours eu l’esprit d’indépendance, et l’envie de monter ma propre entreprise. Etant fils d’agriculteur, je connais bien les contraintes et difficultés de ce métier, et j’ai eu l’idée de Fermiersdacote.fr, plateforme de vente directe entre producteurs et consommateurs.

Comment as tu travaillé pour créer le site ?

Entre 2 missions de consulting ! Les premiers schémas de l’interface de Fermiersdacote.fr ont été fait dans une chambre d’hôtel lors d’une mission à Clermont-Ferrand durant l’été 2007.

La SARL a été créée fin 2007 avec un ancien collègue. Nous avons financé le projet grâce à nos économies et l’aide de notre famille.

C’est à ce moment que j’ai demandé un temps partiel à mon employeur pour créer le site.

Nous avons mis 9 mois pour le développer intégralement. Nous avons travaillé avec un graphiste uniquement pour le logo et le design.

A date, il y a 150 fermiers qui sont inscrits sur le site



Quel est le modèle économique de Fermiersdacote.fr ?

L’inscription sur le site est gratuite et la mise en relation avec les consommateurs aussi. Nous prenons juste une commission au producteur en échange d’une mise en avant de ses produits dans le moteur de recherche et sur la page d’accueil, mais ce service n’est pas obligatoire.

Nous comptons aussi sur des revenus issus de la vente d’espace publicitaire avec Adsense Google.



Et quels sont les résultats ?

Nous évoluons dans un contexte difficile. De nouveaux concurrents apparaissent tous les mois dont certains avec des gros budgets en publicité pour se faire connaître. On ne peut pas lutter. De plus nous avons cumulé les erreurs.

La 1ère version du site n’était pas bonne en terme d’ergonomie et de référencement. Le taux de transformation était mauvais. Du coup, nous avons dépensé inutilement de l’argent en publicité pour créer du trafic et recruter des nouveaux producteurs, sans résultats.

Nous avons fait une refonte du site en 2008 pour pallier à ce problème de conception, et le nombre de producteur a doublé en quelques mois après sa sortie, ainsi que le trafic organique (NDLR : le trafic issu des moteurs de recherche).

L’autre erreur est que nous n’avons pas mis à l’épreuve le site et son modèle économique avec une version beta, avant de nous lancer officiellement.

Il faut savoir que ce type de service d’intermédiation est très difficile à monétiser car il y a très peu de marge sur les produits alimentaires proposés dans le site. Les producteurs proposent leurs produits quasiment au même prix que dans les réseaux de la grande distribution, mais de bien meilleure qualité.

Enfin, le principal associé est parti en cours de route, donc nous avons été très affecté sur ce que j’appelle l’exécution du site, et donc sa qualité: les améliorations en continue, les mises à jours, etc.

Finalement, nous avons arrêté l’animation commerciale début 2009 car ce n’était pas viable économiquement. Mais le site continue de fonctionner.

Donc en résumé, si tu avais 2 leçons à tirer de cette première aventure ?

Ne pas investir en publicité et marketing tant que la partie commerciale (le modèle économique + l’interface du site) n’est pas au point.

Je pense aussi qu’il ne faut pas monter sa structure trop tôt car on perd beaucoup de temps en paperasse administrative et en frais divers à un stade du projet où il y a trop de choses critiques à valider avant de se lancer en « relative sécurité ». Il vaut mieux d’abord tester le concept auprès du public, et ensuite se lancer sur des bonnes bases car le retour sur investissement sera plus rapide.


Du coup, comment es-tu passé à Driveo.fr car ces 2 projets n’ont rien à voir ?

Oui, ce fut une opportunité qui s’est présentée fin 2008. La société a été contactée pour développer un logiciel d’auto-école nouvelle génération. C’est un progiciel en Saas (software as a service) qui permet à l’auto école de gérer toute son activité en ligne.

On a regardé le marché et on s’est rendu compte qu’il y avait un beau marché. Nous avons proposé de réaliser le logiciel et de le lancer à notre compte avec cette auto-école qui nous a servi de client pilote.



Tu t’y es pris autrement cette fois ?

Oui ! Nous avons commencé par ouvrir le site en beta privé de janvier à juin 2009 avec cette auto-école pour tester les processus. Nous avons vite étendu le test sur d'autres auto-écoles pour compléter l'étude.

Nous avons a eu un feedback sur plein de petits détails « métier » qui nous a permis de corriger et d’améliorer le logiciel de manière très pointue.

D’autre part, le modèle économique retenu pour commercialiser Driveo est connu, simple à comprendre, et donc plus efficace.

L’ouverture au public a été faite en juin pour un lancement officiel en septembre 2009

La qualité d’exécution du site internet est vraiment essentielle dans un projet comme celui là, car l’interface est le seul moyen de contact avec le client, pour le convaincre d’utiliser le produit.


Comment fonctionne Driveo concrètement ?

C’est un logiciel accessible en ligne uniquement, qui permet aux auto-écoles de gérer toute leur activité :

  • gérer les dossiers des élèves, le planning des cours,
  • faire des rapports de retour de conduite
  • voir l'évolution des inscriptions, du chiffre d'affaire,
  • gérer la comptabilité, les impayés, …

Pour les élèves, ils peuvent se connecter à un compte personnel qui leur donne accès au planning de cours, sa fiche profil, son moniteur, ses paiements.

Il y a même une interface sociale Facebook qui permet de déclencher un message sur son mur quand il a son permis, pour le faire savoir à tous ses amis.

Par contre, ce n’est pas du tout un logiciel de e-learning. La solution pourra être complété par une solution de e-learning à l'avenir.

Quel est le modèle économique ? Et les résultats ?

Nous exploitons le service sur un modèle d’abonnement. Le forfait de base est à 9,99 euros/mois, puis l’auto-école peut souscrire à un forfait plus évolué pour avoir accès à plus de fonctionnalités, comme le multi-agence.

Et nous avons dépassé Fermiersdacôte.fr dès le début, grâce à un modèle économique basé sur un CA récurrent.

Quelles sont les prochaines étapes au niveau de la stratégie commerciale et marketing ?

Maintenant que nous sommes sûrs de la qualité du service, l'équipe s'est agrandie avec l'arrivée d'un directeur commerciale qui a commencé à prendre en charge l'ensemble de la stratégie commerciale et marketing.

Nous avons déjà mis en place un système de revendeur avec les sociétés d’assistance et de dépannage informatique qui sont souvent amenées à intervenir chez ce type de clients.

Nous avons fait des Adwords mais les résultats sont assez décevants.


Tu es confiant pour l’avenir ?

Oui, car nous sommes les seuls à proposer ce type de solution en France, et il n’y a eu aucune innovation dans ce domaine depuis des années,

Le marché est très prometteur car il y a plus de 8 000 auto-écoles en France dont une moitié qui fonctionnent encore sur des moyens traditionnels (papier).

Enfin, le prix du service est sans commune mesure avec des logiciels concurrents qui coutent parfois plus de 2 000 euros.

L’activité devrait être rentable courant 2010, dans le sens ou nous pensons attendre le seuil d’autofinancement, et nous pourrions envisager notre premier salaire pour 2011.

Mais pour nous développer, il faudra des capitaux. Nous nous concentrons sur la France, et verrons ensuite pour l’international, car il faut adapter le logiciel aux particularités locales du permis de conduire.


Merci Youen et bonne continuation !


Pas de commentaires

Critique du livre Programmation GWT 2 de Sami Jaber

21/03/2010
java GWT livre
Après un gros mois très dense pour la sortie de la version Multi-Agence de Driveo, j'ai enfin un peu de temps pour bloguer quelque chose. Cet article, sera donc consacré à la critique de l'excellent Programmation GWT 2 sortie en Janvier. Un article qui aurait du paraitre ce même mois, si La poste ne m'avais pas retenu le livre pendant un mois dans le centre de tri.


Le livre Programmation GWT 2 : Développer des applications RIA et Ajax avec Google Web Toolkit est le premier livre qui expose les nouveautés de la dernière version GWT sortie en décembre 2009.

Tout d'abord, le livre n'est pas vraiment piur les débutants qui souhaitent découvrir GWT, mais plutôt aux programmeurs ayant un minimum pratiqué le framework de Google. Non pas, que les chapitres d'introductions sont mauvais au contraire, mais que cela risque d'être trop dense et trop rapide.

Le grand intérêt du livre est que les différents chapitres évoquent des points pratiques à réutiliser dans ses projets comme les bibliothèques de courbes et de graphiques, le drag & drop, la gestion de l'historique, etc...

L'autre point intéressant est la description des nouveautés de GWT 2.0 et des points très techniques comme le eRPC, le JSNI, JSON, la nouvelle gestion des CSS, les tests, le chargement à la demande, le modèle de placement CSS et l'UIBinder.

Le chapitre le plus attendu est le chapitre 15 sur les "Design pattern GWT", où il y a des sujets très utile comme les chargements incrémentales. J'ai découvert et adopté ce mode à travers ce livre, il permet permette de fluidifier l'affichage d'une longue liste d'élément sans bloquer la navigateur. Les patterns MVC et MVP sont aussi présentés (cf mon article précédent). Il y a même une partie sur la sécurité.

Le problème de ce chapitre est qu'il est beaucoup trop court et que l'on reste sur sa faim. J'aurais aimé un chapitre par sous partie et pour permettre de développer chaque patron d'utilisation de GWT. De plus, j'aurais aussi aimé voir apparaitre les limites d'utilisation des patterns (par exemple UI Binder + un framework MVP).

Il faut cependant garder à l'esprit que c'est le premier livre sur GWT qui va aussi loin.

Vous l'aurez compris, en tant que programmeur GWT, je vous recommande fortement ce livre. Enfin, vous pouvez même écrire vos questions, remarques et contributions dans le wiki de l'ami Sami.
Pas de commentaires