Le Web 09 : une journée type

18/12/2009
leweb web rencontre
Voici un premier article décrivant une journée dans la plus grande conférence européenne de l'industrie du web. Il sera suivi d'un deuxième article évoquant les conférences et les moments marquant de l'édition 2009.


La préparation
L'intérêt numero un de LeWeb, c'est le réseautage. Il est donc intéressant de passer un peu pour préparer la conférence. Seulement, vu la masse des participants (>2000) la tâches peut être très très longue.

Pour abréger la chose j'ai donc pris juste le temps de noter les twitters des personnes que j'avais déjà croisé l'année dernière.

Aller à LeWeb

Quand on part de Rouen, d'abord se lever encore plus tôt et prendre la ligne Paris-Rouen avec ses retards chroniques. Et là, je n'ai pas été déçu du voyage (3h de retards cumulés sur les 2 jours)!

Heureusement, le matin, dans le train, il y a Olivier Martineau de 42 stores pour te raconter comment c'est trop bien la silicon valley.

Une matinée à LeWeb

Commencer à LeWeb, c'est d'abord déposer manteau, écharpe et pull au vestiaire car contrairement à l'année dernière, le 104 était chauffé (voir trop chauffé).

Ensuite, c'est échanger quelques bavardage avec des visages connus et moins connus en français et en anglais. Un anglais un peu rouillé pour ma part (mes dernières missions chez Logica était 100% en français et mes clients sur Driveo et Fermiers d'à côté aussi).

La matinée se poursuit en picorant entre les morceaux de conférence, les workshops et les présentations de startups. A ce propos, l'exercice était assez difficile, elles n'avaient que 6 minutes pour se présenter au jury. Les slides étaient encore plus court qu'un message twitter, l'avantage est que les messages étaient claires et directes, mais ils ne fallait pas en louper une slide (genre celle qui explique ce que fait le produit).

Le réseautage

Le principale avantage de LeWeb, c'est la possibilité de réseauter et d'échanger des idées avec des acteurs du web du monde entier et en particulier du reste de l'Europe. En effet, c'est peut être un hasard mais j'ai surtout échangé avec des membres de startups des pays de l'est et de scandinavie.

Cependant, je trouve que à LeWeb le networking reste plus difficile qu'aux Web2Connect de JF Ruiz. Il reste qu'il est indéniable que si les Web2Connect sont vraiment franco-français, Loic Lemeure, lui, réussit à regrouper quasiment 50 pays dans une même salle.

Grande catastrophe de l'année dernière, le déjeuner, a pu être le meilleur moment de réseautage de la conférence.

Sentir les tendances

L'autre avantage c'est de sentir le vent de la silicon valley sur paris et d'en déduire les tendances actuelles.

En résumé les tendances sont : twitter, twitter, twitter, facebook, twitter, twitter, androïd et ... twitter.

Plus sérieusement, j'ai retenu les points suivants :
  • l'économie en train se créer sur les applications Facebook,
  • les gros enjeux autour de Androïd (tout le monde râle sur Apple ... mais tout le monde est équipé en Mac et Iphone),
  • la montée en puissance du cloud computing,
  • et de nombreuses "feature-companies" autour du e-commerce et des réseaux sociaux.


La fin d'après midi à Le Web

Le problème à le Web, c'est que à partir de 15h30, on commence à être sur les genoux. On se pose alors devant les conférences pour finir tranquillement la journée. Je me suis même endormi à la conférence "Open Source Sex" (bon une prospection sur l'avenir du sexe à travers les romans et les films de science fiction c'est ... chiant).

Conclusion

La conférence m'a permis de pitcher mes projets actuels et de partager des commentaires ("it's such a niche" pour Driveo et "it's a very good idea" pour Fermiers d'à côté), de préparer quelques partenariats (infos à venir très bientôt!).

Enfin, à plusieurs reprises, des français expatriés m'ont dit qu'il fallait déménager dans la Silicon Valley en Californie : "Ca va tellement plus vite, tu es dans le réacteur du web!". En tout cas, j'ai au moins quelques études de marché à prévoir.

Photo par Kmeron
Google+
LinkedIn
comments powered by Disqus