Retours sur le RivieraJug

18/07/2009
java web rencontre
En vacances dans le var, j'ai fait un détour à Sophia Antipolis pour assister à la 4ème session du RivieraJug dans les locaux de Amadeus.

La première présentation était sur scrum. Le speaker polonais était très tranchant dans ses réponses. Ce processus de développement me plait bien mais il casse un peu les habitudes mais cela à pour conséquence de mal passer auprès des organisations actuelles. J'ai aussi apprécié la citation "Managers don't feel good with scrum ... may be it's because scrum is transparent" (Les managers n'apprécient pas scrum ... peut être que c'est parce que scrum est transparent), le meilleur exemple est celui des réunions quotidiennes ou seule l'équipe de développement est autorisé à parler. Cela change énormément du mode chef de projet qui re-sauce un peut les faits pour avoir une marge de jours pour les corrections post livraisons.

En résumé de ce que j'ai compris, Scrum c'est :
  • Un product owner qui s'occupe de recueillir les exigences et de les prioriser (et les changements d'exigence, dans le process le client a le droit de changer d'avis - cela correspond beaucoup plus à la réalité qu'un projet classique).
  • Le scrum master, qui joue le rôle de facilitateur pour que le process soit fluide (ie un chef de projet qui ne fait pas de planning ou de fliquage mais ajoute de la valeur ajoutée en s'assurant que l'ensemble du process de développement tourne.
  • Une équipe de développement de 2 à 7 membres dont chacun doit prendre les connaissances métiers techniques pour ne pas dépendre d'un départ d'un autre membre de l'équipe.
  • Une vélocité (vitesse d'avancement) qui permet de mesurer le nombre d'éxigences réalisées par sprint. Cela permettra de faire un minimum de planification au fur et à mesure de l'avancement du projet.
La suite est sur les slides.

A voir si le processus est applicable à du développement EAI/ESB ou 70% du travail et des retards sont au niveau des contrats d'interfaces (spécifications). En tout cas pour un projet du type Driveo, c'est le processus que j'utiliserais à partir d'une équipe de 3/4 personnes.

La deuxième présentation sur Groovy m'a un peu déçu, le speaker a souhaité entrer dans les entrailles du code plutôt que de montrer à quoi groovy pouvait servir.

Pour conclure, dommage que le buffet fut court et pas très régional (au normandyjug il y avait du camembert, du cidre, des rillettes, etc... ;-).
Google+
LinkedIn
comments powered by Disqus